Aide aux entrepreneurs, les régions plus ou moins généreuses

Les projets de création d’entreprise sont souvent soutenus par les conseils régionaux de manière indirecte. Cependant, certaines régions mettent en œuvre de véritables dispositifs d’aides. Rarement qualifiées de surabondantes, les subventions, primes à la création, aides à l’embauche et autres formations sont indispensables avant, pendant et après les créations d’entreprises.

Cela n’étonnera personne, l’Ile-de-France est le premier vivier de création d’entreprise. Mégalopole dynamique, le succès des créations s’explique également par les aides financières directes incitant à créer et innover. Prime pour la création,  Prime au démarrage, Prime de croissance, Bourse pour les porteurs de projet accompagnés par l’Ecole régionale de projets, ces aides sont accessibles tout au long du cheminement de la création.

 

 

2. Primes et aides en Pays de la Loire

Grâce à sa politique de formation professionnelle et d’apprentissage, le conseil régional des Pays de la Loire prend la deuxième position. La prime « Jeunes » (entre 1 500 € et 6 000 €) concerne les entrepreneurs de 18 à 26 ans. La prime « Solidaire » est attribuée aux entreprises localisées en ZUS, bénéficiaires de revenus de solidarité qu’ils soient créateurs, repreneurs d’entreprise ou demandeurs d’emplois de plus de 50 ans. La région intervient également directement pour les aides à l’embauche pour les projets prévoyant la création sous 3 ans d’au moins 3 emplois. C’est la Prime régionale à la création d’entreprises industrielles et innovantes.

3. Le dispositif en Rhône-Alpes

De son côté, la région Rhône-Alpes mise d’une part sur les aides indirectes. Le Conseil Régional a mis en œuvre le dispositif IDéclic Prêt d’honneur favorisant la création d’entreprise. D’autre part, le dispositif de subventions directes pour les projets fragiles, IDéclic Prim’ est une alternative au crédit bancaire non accordé à certains porteurs de projet. Avant d’être plus amplement accompagnés, les bénéficiaires reçoivent une subvention de 3 000 € au démarrage. Autres aides essentielles, les prestations de diagnostic, formations gratuites aux compétences indispensables de l’entrepreneur, permettent une meilleure insertion pour les demandeurs d’emploi et/ou créateurs d’entreprise.

4. Prêts et avances pour la région PACA

 

Les CCI et Chambres de Métiers de Provence Alpes Côte d’Azur encouragent les créations d’entreprise de manière plus indirectes. Un prêt pour la création d’entreprise (entre 15 000 et 75 000€) peut être accessible. A taux 0 et sans garantie, ce prêt est remboursable progressivement sur 7 ans. La région PACA accorde également des avances remboursables (150 000€ maximum) pour les entreprises innovantes. A taux nul à hauteur maximum de 50 % de l’assiette éligible et de 40 % du montant du programme total, ces avances couvrent les investissements immatériels liés à des programmes innovants des jeunes entreprises.

5. Soutiens en Bretagne

Autres aides indirectes, la région Bretagne soutient les créateurs d’entreprise en les orientant vers des réseaux d’accompagnement de porteurs de projets. Quelques 10 millions d’euros par an sont consacrés à ces réseaux pour améliorer leurs « outils d’ingénierie financière ». Sans les financer directement, la région guide les créateurs vers des partenaires comme les plates-formes d’initiatives locales, les cabinets privés et les CCI pour l’accompagnement administratif et pratique. Accordé par 21 plateformes d’initiative locale présentes en Bretagne, un prêt d’honneur (45 000 € maximum) peut également permettre de subvenir au capital initial des entrepreneurs. C’est un prêt personnel, sans intérêt, ni garantie personnelle.

Ces aides ne sont ici mentionnées qu’à titre exhaustif, les initiatives sont nombreuses dans beaucoup d’autres régions. Cependant, force est de constater que les régions ne sont pas toutes aussi riches et que les inégalités de soutiens persistent quant à la création d’entreprise.

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).