Créer son entreprise sans apport personnel

Plusieurs dispositifs d’aides financières existent pour compenser le manque de trésorerie auquel sont confrontés les jeunes créateurs d’entreprise en phase d’amorçage.

Ne pas avoir d’économie n’empêche pas d’avoir des idées. Beaucoup de jeunes porteurs de projets, en mal d’argent à investir, se trouvent freinés dans leur élan créatif.
Il est pourtant possible de concrétiser un projet sans vos propres deniers, malgré certaines idées reçues. Ce qui est vrai, en revanche, c’est que la banque auprès de laquelle vous sollicitez un crédit vous demandera, à tous les coups, des garanties –souvent sous forme d’apport personnel – en échange d’un prêt.

Plusieurs organismes offrent la possibilité de compenser ce manque de financement en phase d’amorçage. Il suffit de frapper à la bonne porte : l’Adie, par exemple, propose des microcrédits aux porteurs de microprojets, qu’ils soient demandeurs d’emploi ou allocataires de minima sociaux.
Les futurs entrepreneurs peuvent aussi bénéficier du dispositif NACRE (nouvel accompagnement pour la création et la reprise d’entreprise), avec une possibilité de prêt à taux zéro,  ou encore de l’Accre, une aide plus spécifique aux chômeurs.

Le prêt à la création d’entreprise (PCE) s’adresse plus spécifiquement aux entreprises en phase de création ou ayant été créées ou reprises depuis moins de trois ans.

Post author