La création d’entreprise facilitée : info ou intox?

Depuis quelques années, « tout le monde peut créer son entreprise et doit être encouragé à le faire ». Selon un récent sondage, 1 Français sur 5 souhaiterait créer sa propre affaire. Sommes nous dans un pays de managers? La campagne de communication autour de l’auto-entrepreneur, impulsée par le gouvernement, est plus que d’envergure tant et si bien que notre Secrétaire d’Etat s’est mu en véritable ambassadeur de la création d’entreprise française. Mais est-ce un effet de mode, une réelle ambition de dynamiser le pays ou une simple pirouette pour « habiller la mariée »?

On ne cesse de l’entendre, « tout le monde peut créer son entreprise ». A voir le succès que rencontre le nouveau bébé du gouvernement : l’auto-entrepreneur. Le nombre de créations est en hausse et les causes en sont multiples. En ces temps de crise, de départs forcés (et non « volontaires »), de taux de chômage en hausse, chacun a naturellement envie de se lancer dans l’aventure de la création d’entreprise pour rester « maître » de sa situation professionnelle et gagner en indépendance.

Le gouvernement depuis plus de 5 ans insiste sur les accès faciltés à la création d’entreprise pour tous à grands renforts de mesures et d’opérations de communication.  Il faudra dans ce cas m’expliquer pourquoi aujourd’hui il est « plus facile » de créer que de garder son propre emploi, au vu des vagues de licenciement et des fermetures d’entreprise toujours plus nombreuses.

Le gouvernement se félicite et fait observer la baisse du chômage, le nombre de créations d’entreprise en hausse. Mais pourquoi encourager la création d’entreprise? Voilà mon explication : des chiffres aussi manipulables qu’un jeu de LEGO. Plus il y a de créateurs (on ne s’intéresse là qu’au nombre de créations immatriculées et non aux entreprises qui passent les 5 premières années d’exercice), plus cela joue sur les chiffres de l’emploi. Quand on vote des mesures allant jusqu’à aider des chômeurs à créer, on s’attent à ce que les chiffres du chomâge baissent. Mais n’est-ce pas dangeureux d’inciter à la création d’entreprise plutôt qu’à la consolidation des PME existantes? Ne se dirige-t-on pas vers un morcellement de l’activité économique voire, si on extrapôle, vers un futur où l’on sera tous patrons….(de nous mêmes)?

Aujourd’hui, on vous dit que tout le monde peut gagner plus en travaillant plus. On vous conditionne en vous montrant que dans d’autres pays, les gens sont heureux de travailler jusqu’à + de 70 ans ou d’avoir une vie plus qu’active en cumulant 3 emplois. Ceux qui ne trouvent pas d’emploi sont alors pointés du doigt comme « ceux qui n’ont pas fait assez d’efforts pour trouver ». Mais rassurez-vous aujourd’hui les coach sont là pour vous apprendre à travailler, à s’habiller, à prendre la parole en publique, à négocier un prêt de 200 000€ pour en obtenir tout juste la moitié par différents procédés, à gérer une entreprise grâce à la formation express de votre CCI…etc.  Vous aurez donc tous les outils pour créer votre entité, avoir des clients et des salariés, payer vos cotisations, être solidaire grâce à la TP ou la TVA.

2. Alors info ou intox?

Je vous laisse réfléchir sur deux exemples concrets. Vous vous ferez vous-mêmes votre opinion sur la réalité des motivations de l’état.

Le statut de l’auto-entrepreneur est « simple » dixit le gouvernement. Je pense que le terme simple est employé à contresens car aucune précision n’est donnée sur les différents secteurs qui peuvent en bénéficier, sur le réel prix des cotisations, sur l’imposition réelle et surtout sur la crédibilité de l’auto-entrepreneur face aux différents acteurs économiques (banques, URSSAF, Sécurité Sociale,etc.). S’il était si simple, pourquoi y aurait-il autant de questions sur les forums et les sites sur ce nouveau statut? Espérons que la hotline mise en place par le gouvernement pourra répondre à toutes ces questions (Pour info 0 811 90 00 99, prix d’un appel local, oubliez la gratuité)… Et pourquoi certains elligibles à ce statut se voient-ils refuser l’immatriculation alors que d’autres, semblant être passé au travers des mailles du filet, peuvent être auto-entrepreneur sur le même critère d’évaluation? Rappelons que le gouvernement a précisé que l’auto-entrepreneur serait ouvert aux métiers du conseil et aux libéraux d’ici la fin février…

Autre cas plus inquiétant, le gouvernement veut sensibiliser à la création d’entreprise dès le plus jeune âge. Il organise un concours pour offrir 10 000€ sensés récompenser le meilleur projet proposé par des lycéens, étudiants et professionnels. Les lauréats lycéens sont fiers d’avoir obtenu la 2ème place avec un concept tout à fait novateur. Et bien, ils ont bien travaillé et bien fait la promotion de leur école car les 10 000€ seront entièrement reversés à l’école et non aux porteurs de projet pour développer leur idée. Mais le plus étonnant est que lors de la demande du dépôt de brevet pour le concept, les porteurs de projet ont reçu pour réponse que leur concept était propriété publique. Autrement dit, ni brevet, ni financement, ni propriété de la création,juste un bel article et une belle photo promotionnelle du serrage de main à Hervé Novelli…