L’Auto-entrepreneur. Une micro-entreprise ultra simplifiée ?

Institué par la Loi de Modernisation de l’Economie, le statut d’auto-entrepreneur, dérivé du statut des micro-entreprises et du statut de « free-lance » devrait générer la création de plus de 200 000 emplois en 2009 tout en permettant selon le gouvernement d’endiguer le fléau du travail au noir.

Le statut d’auto-entrepreneur a pour vocation première de simplifier à l’extrême l’accès à l’entrepreunariat pour tous ceux qui souhaitent créer leur emploi ou qui désirent déclarer une activité annexe. La cible est donc aussi large que la population puisque tous, des étudiants aux retraités, pourront se présenter sous ce statut pour proposer services ou biens marchands contre rémunération. Des limites strictes sont fixées pour déterminer la cible de la loi :

La cible est claire : étudiants, retraités et salariés à mi-temps ou au smic pourront ainsi développer une activité rémunératrice à côté de leur activité principale, et ce en toute légalité et en conformité avec la loi et le trésor public. Les demandeurs d’emploi eux trouveront là le moyen de démarrer une activité rémunérée à leur compte. Une façon de tester une activité, un marché…

2. Quelques réserves néanmoins

Le statut d’auto-entrepreneur permet de créer son activité sans avoir à créer puis déclarer une société commerciale. Cela supprime donc tout un lourd processus de démarches administratives et financières, et dans les deux sens, puisque si l’activité concernée est amenée à s’arrêter, un simple courrier à la CCI ou à la chambre des métiers suffit.

Il convient cependant de prendre garde à certains points de la loi :

Les décrets d’applications de la loi doivent être publiés mi-décembre. Ce sera l’occasion de revenir plus en détail sur ce statut dans lequel le gouvernement a placé beaucoup d’espoirs.

Sources : Création-Entreprise.fr