Les créatrices d’entreprise

Les créatrices d’entreprise représentent plus d’un quart du total des créations. Des chiffres attestent de la difficulté des femmes à s’insérer dans ces créations. Plusieurs facteurs expliquent la situation actuelle. Détails.

  • Parmi la totalité des créations d’entreprise, seulement 30% émane de la gent féminine. On s’aperçoit aussi que les femmes créent leur entreprise plus tard que les hommes avec une moyenne située entre 35 et 44 ans (25-39 ans pour les hommes). Cela s’explique par le fait que ces femmes sont également mères de famille et attendent souvent que leurs enfants soient autonomes avant de commencer leurs projets personnels.
  • Bien souvent elles forment des familles monoparentales (30%).
  • Leur but premier est dans la plupart des cas de créer leur propre emploi.
  • Les enquêtes ont également montré que les femmes créatrices d’entreprises étaient en moyenne plus diplômées que les hommes mais malgré tout moins expérimentées. Ceci dû au fait qu’elles accèdent moins facilement à des postes à responsabilité dans les entreprises.
  • Ces femmes viennent généralement d’un milieu professionnel sans rapport avec leur création d’entreprise. Elles créent également 2 fois plus que les hommes à créer après une longue période de chômage.
  • Ce certain « échec » peut s’expliquer par le manque de connaissance en gestion et de demande de conseils professionnels.
  • Elles permettent plus facilement l’insertion de leur conjoint  à l’intérieur de leur organisation, en conservant tout de même la direction de l’entreprise.
  • Les créations féminines sont ordinairement des TPE avec un statut « entreprise individuelle ».
  • Le secteur de prédilection choisi par les créatrices est souvent lié aux services. Rares sont celles qui optent pour des emprunts bancaires : la moyenne des fonds de départ pour le projet des créatrices est de moins de 8000 €.

 

Post author

Journaliste de formation, j'occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre. Je peux justifier d'une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l'Ouest (2007-2009).