L’Idée avec un grand « I »

Au commencement de toute aventure de création d’entreprise, il y a l’Idée. Si posséder les moyens de financer un projet présente de sérieux avantages pour le créateur, il doit s’engager sur un projet porteur. Pour développer cette bonne « Idée », rien de tel qu’une mise en situation. Retour sur la genèse du créateur d’entreprise.

L’idée d’un projet de création d’entreprise, c’est l’étape première du processus de création lui-même. L’idée nait d’un désir, d’une intuition, la bonne « Idée », c’est celle qui perdure dans le temps et vous fait vous interroger plus que les autres.

Après son apparition, cette idée peut suivre plusieurs pistes de développement :

Soit l’idée est toute nouvelle et se positionne sur un marché encore vierge; dans ce cas, l’étude de marché (questionnement autour de la faisabilité de l’idée) s’articulera sur les arguments de ce nouveau service /produit pour le faire accepter des clients potentiels. Sachez également que le statut de Jeune Entreprise Innovante fait bénéficier le créateur de bien des avantages. A vous de voir si votre idée est réellement innovante…

Soit l’idée est plus classique, et là il sera plus logique de s’interroger sur son utilité par rapport à l’offre actuelle, sur la différenciation service / produit. En somme, qu’est ce que j’apporte de plus au marché en présentant mon idée.

2. Etape 2

Pour tester votre idée, n’hésitez pas à la mettre en situation réelle. Présentez un dossier court à vos proches (le meilleur panel de consommateurs potentiels), et essayez de rebondir sur toutes les questions qu’aura fait naître la lecture du projet. Si certaines questions restent sans réponses, dans ce cas il faut peut-être reconsidérer l’idée, affiner son projet ou le réorienter. Vous pouvez également vous faire conseiller par des organismes spécialisés.

Si vous souhaitez vous orienter vers plus de sécurité pour votre projet de création, pourquoi ne pas se rapprocher d’un réseau de franchise? Ou en créer une en vous inspirant de concepts venant d’autres pays et encore inexploités en France?

Une fois que l’idée a germé, qu’elle est validée, il suffit de réfléchir à l’adéquation entre le projet et soi (Suis-je prêt pour l’aventure? Ai-je les compétences nécessaires? Vais-je commencer l’aventure seul? etc.).

Pour clore la première partie du projet, il est fortement recommandé de protéger ses idées et son concept. Grâce à cela, vous aurez tout loisir de peaufiner votre étude de marché, de présenter un dossier solide aux banques et autres financeurs, sans avoir la désagréable surprise de s’être fait piqué l’idée…

3. Etape 2

Pour tester votre idée, n’hésitez pas à la mettre en situation réelle. Présentez un dossier court à vos proches (le meilleur panel de consommateurs potentiels), et essayez de rebondir sur toutes les questions qu’aura fait naître la lecture du projet. Si certaines questions restent sans réponses, dans ce cas il faut peut-être reconsidérer l’idée, affiner son projet ou le réorienter. Vous pouvez également vous faire conseiller par des organismes spécialisés.

Si vous souhaitez vous orienter vers plus de sécurité pour votre projet de création, pourquoi ne pas se rapprocher d’un réseau de franchise? Ou en créer une en vous inspirant de concepts venant d’autres pays et encore inexploités en France?

Une fois que l’idée a germé, qu’elle est validée, il suffit de réfléchir à l’adéquation entre le projet et soi (Suis-je prêt pour l’aventure? Ai-je les compétences nécessaires? Vais-je commencer l’aventure seul? etc.).

Pour clore la première partie du projet, il est fortement recommandé de protéger ses idées et son concept. Grâce à cela, vous aurez tout loisir de peaufiner votre étude de marché, de présenter un dossier solide aux banques et autres financeurs, sans avoir la désagréable surprise de s’être fait piqué l’idée…