NACRE : des aides renforcées pour la création d’entreprise

En augmentant les subventions de l’Etat au dispositif NACRE, le gouvernement espère encourager les chômeurs à se lancer dans la création d’entreprise.

Pour inverser la courbe du chômage, François Hollande compte sur la création d’entreprise. Mais comment encourager les demandeurs d’emploi à franchir le pas ? En sécurisant les projets au moyen d’aides plus efficaces et d’accompagnements renforcés : « C’est dans les quartiers populaires qu’il y a la plus grande volonté de créer, c’est  dont là, sur ces territoires dits fragiles, particulièrement vitaux, que nous devons faire le maximum pour soutenir la création d’entreprises » a déclaré le président François Hollande à l’occasion du 30ème anniversaire du réseau Initiative France, maître d’œuvre du dispositif NACRE (Nouvelle aide à la Création et à la Reprise d’Entreprise).

Accompagnement sur trois ans

Cet outil de financement, qui donne lieu au versement d’un prêt sans garantie de 1 000 à 8 000 euros, devait, pour 2015, être doté à hauteur de 28 millions d’euros. Cette enveloppe sera réévaluée, a assuré l’entourage présidentiel, mais sans préciser le montant de la nouvelle subvention, ni l’ampleur de la hausse.

« Nous ne souffrons pas d’un défaut de financement mais d’un défaut de lisibilité sur les financements, nous ne souffrons pas d’un manque de projets mais d’un manque d’accompagnement pour les projets » a justifié le Chef de l’Etat, précisant que son objectif est de « renforcer les moyens accordés aux réseaux d’accompagnement afin qu’ils agissent plus efficacement auprès des demandeurs d’emploi ».

Outre un prêt d’honneur, NACRE propose un accompagnement sur trois ans aptes à donner aux créateurs une visibilité suffisante pour pérenniser leur activité, obtenir de nouveaux financements et, pourquoi pas, préparer leurs premières embauches.

16 200 projets ont été soutenus par Initiative France en 2014. Dans 60% des cas, ces dossiers étaient portés par des chômeurs désireux de créer leur propre business sur le marché du travail.